Archives du blog

Visage de robot

Près de Shinjuku si mes souvenirs sont exacts.

Hello Mr. Roboto

Publicités

Tokyo Sky Tree, 634m

Inaugurée en mai dernier, la Tokyo Skytree est la nouvelle construction la plus haute du Japon et actuellement la 2ème plus haute construction du monde (1ère : tour Burj Khalifa à Dubaï, escaladée par Tom Cruise dans le dernier film Mission Impossible).

Comme il se doit, la tour s’accompagne d’un énorme centre commercial (incluant entre autres un Jump Shop, un Nanoblocks Shop, un Tomy Plarail shop et un Ghibli Shop, qui n’est en fait pas vraiment dans le centre commercial mais juste à l’extérieur) et d’une mascotte, qui pour une fois est plutôt moche.

Quelques photos, de jour, de nuit, de près, de loin :

Tokyo Sky Tree

Tokyo Sky Tree & Asahi Breweries Golden Flame
(perspective trompeuse qui donne l’impression que la tour est de la même taille que les immeubles, sauf qu’en réalité elle est loin à l’arrière-plan)

Tokyo Sky Tree

Tokyo Sky Tree

Tokyo Sky Tree

Rez-de-chaussée : parking – Premier étage : temple

Vu à Hiroshima.

1st floor: carpark - 2nd floor: temple

La mairie de Tokyo

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Ca, c’est une mairie.

Roppongi Hills, la nuit

Roppongi Hills Mori Tower

29 5 8 6
Yahoo fortune telling Directions
Waterfall Yves Saint-Laurent shopfront

Mariages japonais à l’occidentale

Les mariages à l’occidentale ont la cote au Japon. Si possible dans un décor ultra-stylisé, encore plus occidental que le plus occidental de nos mariages.

Des bâtiments (non religieux, c’est juste pour le décor) sont mêmes construits spécialement pour ça.

Première illustration : à Osaka, l’hôtel Monterey dispose d’une sorte de fausse chapelle intégrée dans la construction, au 8ème étage de l’immeuble.

Hotel Monterey Hotel Monterey and its chapel

Deuxième illustration : à Yokohama, deux exemples de salles pour l’accueil de mariage, mélangeant différents styles architecturaux (un peu d’église, un peu de mairie à l’américaine avec les colonnes et les marches…), le tout en blanc (forcément) avec des petites lumières qui n’ont rien à envier aux décorations de Noël dans les rues.

Wedding Hall Wedding Hall

Dans le métro, il n’est pas rare de tomber sur des affiches de compagnies organisatrices de mariages : « Wedding in Europe », « Wedding in Hawaii »…

La Tour de Kyoto

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Jour 17 : d’Ebisu à Shibuya à pied

Il est environ 14h et il fait très chaud ; on décide donc d’aller dans un parc pour manger à l’ombre. On choisit le parc Yoyogi, qui se trouve près d’Harajuku et Shibuya, donc à portée de jambes en un temps raisonnable. C’est un grand parc très ombragé (en fait c’est pratiquement une forêt), dans lequel on trouve en particulier le temple Meiji.

Sur le chemin, on voit :


Siesta, un capsule hotel (3300 yens soit 20 euros pour dormir une nuit dans une sorte de sarcophage).


Une toute petite voiture, plus petite qu’un distributeur de boissons.


Un bâtiment à l’architecture sobre et discrète.


Une peinture murale.

Jour 17 : le château de Joël Robuchon

Joël Robuchon's restaurant
Avant-dernier jour.

On commence par une zone du quartier d’Ebisu, « Ebisu Garden Place », dans laquelle a été construite dans les années 90 une reproduction d’un château français du XVIIIème siècle. A l’origine, les promoteurs du projet voulaient démonter le château en France, l’amener en pièces détachées au Japon, et le reconstruire sur place. Finalement il a été classé monument historique avant, donc c’est une copie qu’on voit ici.

Le château se trouve tout au bout d’une sorte d’esplanade recouverte d’un demi-cylindre en verre et en métal ; de chaque côté, on trouve des grands magasins et des restaurants (dont un MacDo).

Ebisu Garden Place

Et donc ce château contient un restaurant de Joël Robuchon, qui s’appelle tout simplement « Le Château-Restaurant de Joël Robuchon ». Au passage, on note que les prix semblent peu élevés : le menu de base est à 2900 yens (18 euros). On imagine que c’est plus cher en France de manger chez Robuchon, puisqu’il a une émission sur France 3.

Timetable

Les magasins autour ne sont pas super intéressants. Il y a un grand magasin Mitsukoshi, une sorte de Galeries Lafayette avec pas mal de trucs plutôt pour les vieux. Au rez-de-chaussée, le niveau nourriture est organisé comme les autres étages : des stands pour chaque marque, avec des vendeurs à chaque stand, et une présentation plutôt type « luxe ».

Johan - Self-service boulangerie
Il y a une sorte de cafétéria, « Johan », à base de pains et viennoiserie. On prend un petit plateau, on prend les morceaux de pains, les croissants et les pains au chocolat, on paie et on va manger sur une table avec son plateau. Comme dans une cafétéria. Une chaîne propose la même chose dans la plupart des grandes gares et dans les centres commerciaux ; ça s’appelle « Vie de France » et c’est le même principe. On ne mange pas son pain au chocolat dans la rue, on le savoure assis à une table.

Le rayon magazines de Mitsukoshi permet quand même de se divertir un peu les yeux avec des couvertures toutes en sobriété de magazines pour enfants et magazines de jeux vidéo.
Video game magazine

Mags for kids

Jour 15 : Tokyo – quartier de Roppongi

On termine la journée avec le quartier de Roppongi.

A la sortie de la station de métro on tombe sur une rue comme on en trouve à côté de la plupart des gares, avec beaucoup d’enseignes sur les immeubles, des pubs géantes, des magasins de toutes sortes.

Un d’entre eux, le magasin « Don Quijote » (on découvre le nom une fois à l’intérieur) attire notre attention par le bazar visible de l’extérieur (sur le toit, on voit également une mini montagne russe en forme de U, visiblement plus en service) et par l’aquarium qui se trouve à l’entrée du magasin. C’est une sorte de solderie géante dans laquelle on trouve tout ce qu’on trouve dans une solderie française, mais aussi tout un rayon alimentaire (avec des produits frais : fruits et légumes) et un étage hi-fi/vidéo avec des lecteurs DVD, des aspirateurs etc.

L’étage le plus intéressant est celui des jouets et déguisements. Des rayons dans lequel sont entassés des tas de trucs plus inutiles les uns que les autres ; les produits avec licences ne sont visiblement pas toujours officiels (voir par exemple ce faux déguisement de L, du manga Death Note – c’est complètement raté).

Dans l’escalier, on croise un caca en or de toute beauté.

En sortant du quartier « populaire » de Roppongi et en se dirigeant vers le complexe Roppongi Hills (centre commercial de luxe, restaurants, etc.) on a l’impression d’entrer dans le quartier de riches (notamment étrangers) de Tokyo. Les magasins sont plus luxueux (Louis Vuitton, Hugo Boss, Yves Saint-Laurent, Tiffany’s, etc.) ; il n’y a pratiquement pas d’enseignes avec néons tape-à-l’oeil, même les bancs dans la rue sont des sculptures travaillées.