Archives du blog

Smoking areas

Au Japon on ne fume pas n’importe où dans la rue. Il y a des zones spécialement prévues à cet effet, dans lesquelles il est autorisé de fumer ; ailleurs c’est interdit. Les affiches d’interdiction mettent surtout en avant le risque de brûler quelqu’un (en particulier les enfants, dont le visage est à la hauteur d’une cigarette tenue à la main), plutôt que les problèmes de tabagisme passif.

Ci-dessous deux exemples de zones où les drogués à la nicotine peuvent prendre leur dose.

Version gentille : c’est juste un emplacement matérialisé par un panneau et des cendriers (vu à Shibuya, Tokyo)
Smoking area

Version extrême : un aquarium dans lequel les fumeurs doivent s’enfermer (vu à Ebisu Garden Place, Tokyo)
Smoking area

Publicités

Magasin (clandestin ?) de mangas

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Vu près du Tokyo Dome : ce petit stand de fortune aménagé entre deux armoires de rue. Un vieil homme y vend des magazines de mangas.

Ma théorie : il récupère les magazines de mangas récents abandonnés dans le métro, dans les lieux publics, voire dans les poubelles (un magazine de manga pour les Japonais c’est comme un journal pour nous : c’est jetable) et les revend moins cher que le prix neuf.

Quelques photos de Shibuya le soir

Walking in Shibuya
Une rue avec quelques enseignes lumineuses (quelques).

Shibuya - Tokyo Shibuya - Tokyo
Shibuya - Tokyo Shibuya - Tokyo
Quelques vues générales

Streetlamps Tutuanna Lingerie shopfront
"The Coke side of life" Karaoke Building

> Toutes mes photos de Shibuya (sur Flickr)
> Toutes mes photos du Japon la nuit (sur Flickr)
> Toutes mes photos de Tokyo (sur Flickr)

Stickers et graffitis

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Il n’y a pas beaucoup de graffitis dans les rues de Tokyo. Du coup quand il y en a à un endroit, c’est ultra-concentré.

Les cosplayers d’Harajuku

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Chaque dimanche après-midi, des cosplayers se rassemblent dans le quartier d’Harajuku, sur le pont qui se trouve à côté de l’entrée du Parc Yoyogi.

Malheureusement quand nous y sommes allés, c’était un jour d’activité ralentie : ils étaient assez peu nombreux et ne semblaient pas avoir très envie d’être pris en photo.

Deux vieillards tournaient autour, et ne semblaient pas apprécier que des personnes autres qu’eux prennent des photos des cosplayers présents.

Voilà quand même les quelques photos que j’ai prises…

Cosplayers - Harajuku - Tokyo

Shooting the cosplayers

Little Red Riding Hood

Uh oh...

Miniscule camion

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Au Japon ils ont des tout petits camions pour les livraisons et transport de marchandises en ville. C’est trop mignon ces minuscules camions.

Jour 17 : d’Ebisu à Shibuya à pied

Il est environ 14h et il fait très chaud ; on décide donc d’aller dans un parc pour manger à l’ombre. On choisit le parc Yoyogi, qui se trouve près d’Harajuku et Shibuya, donc à portée de jambes en un temps raisonnable. C’est un grand parc très ombragé (en fait c’est pratiquement une forêt), dans lequel on trouve en particulier le temple Meiji.

Sur le chemin, on voit :


Siesta, un capsule hotel (3300 yens soit 20 euros pour dormir une nuit dans une sorte de sarcophage).


Une toute petite voiture, plus petite qu’un distributeur de boissons.


Un bâtiment à l’architecture sobre et discrète.


Une peinture murale.

Jour 16 : Ueno de nuit

Il fait nuit quand on sort du magasin de jouets. On rentre à l’hôtel à pied en passant par quelques rues animées de Ueno. Ca semble être un quartier assez populaire, moins hype que Roppongi, moins branché que Shibuya, moins démodé qu’Asakusa. Il y a beaucoup d’enseignes lumineuses (pachinko, magasins, bars, restaurants…) ; les rues sont enchevetrées avec les voies ferrées et les couloirs de la gare qui s’étend dans le quartier.

Jour 10 : parade Gion Matsuri à Kyoto (jour J)


Voilà, c’est le jour de la parade du festival Gion Matsuri. Les gros chars en bois sont tirés dans les rues par des armées de mecs en tatanes. Sur les chars, les musiciens jouent leur musique officielle du Matsuri, à base de flûtes, de tambours et de sortes de cloches.

Le meilleur dans tout le truc c’est l’équipe de pilotes du char, qui donnent les instructions pour le faire tourner à partir de chorégraphies à base d’éventails. Chaque team à sa chorégraphie. Les 4 de l’équipe avec les éventails doivent être synchronisés sinon c’est la lose et ils se font engueuler par Raphie au débriefing du prime. Par exemple là sur la photo ci-dessous celui de droite est sûr d’être nominé la semaine prochaine, il est pas du tout dans le truc.

Jour 7 : ambiance sur Shoji Dori le 14 juillet (premier soir animé avant la parade Gion Matsuri)

Shoji Dori est une des principales avenues commerçantes de Kyoto. Pour l’occasion, elle était fermée à la circulation (y compris des vélos). De nombreux policiers contrôlent que personne ne roule à vélo, et organisent les flux de circulation piétons (un côté de l’avenue pour chaque sens).