Archives du blog

Un parc à vélos tout simple

Akihabara – Tokyo

This is Akihabara

Akihabara (Tokyo) : le quartier de l’électronique, des jeux vidéo, des figurines de collection pour otaku, des maid-cafés, des magasins dutyfree pour touristes…

Akihabara Taito Station Laox - Akihabara - Tokyo
Akihabara Red
Akihabara Taito Station

Quelques magasins d’Akihabara…
All things light and lamps Vintage videogames shop
gauche : magasin de lampes, toutes sortes de lampes
droite : magasin de jeux vidéo (mais que du vieux – rien au dessus de 16 bits)

Computer shop Souvenirs
gauche : petite boutique d’informatique
droite : magasin de souvenirs pour touristes, attirés à Akihabara par les magasins de high-tech dutyfree

Akihabara

Akihabara Electric City

Signs Akiba lights
Neon Sign Signs

Akihabara ghosts

Crossing Taxi

Man in Akihabara

> Akihabara – mes autres photos sur Flickr
> album photo Tokyo juillet 2008

Le secteur de Ueno, le soir

On croirait que c’est la nuit, mais en fait il n’est que 20h et on est en été.

Street at night - Ueno
Ueno sidewalk "PIA qui est sympathique et attire des gens."
Pachinko reflection Lamps
Repetition
Slot Adventure Go to heaven
2 levels
8:06pm GoGo Curry
Street at night - Ueno

Roppongi Hills, la nuit

Roppongi Hills Mori Tower

29 5 8 6
Yahoo fortune telling Directions
Waterfall Yves Saint-Laurent shopfront

Yokohama la nuit

Après Tokyo la nuit, voici Yokohama (2ème plus grande ville japonaise).

Minato Mirai 21 at night - Yokohama
Yokohama Station Windows 21
Roadlights SOGO
Building the future Roads
Bayquarter Shopping Mall Wedding Hall
Yokohama

> Toutes mes photos de Yokohama (sur Flickr)
> Toutes mes photos du Japon la nuit (sur Flickr)

Osaka vue d’en haut

Quelques photos d’Osaka prises depuis le « Floating Garden Observatory », au dernier étage de l’Umeda Sky Building, auquel on accède par un ascenseur aux parois transparentes (déconseillé si vous avez le vertige, comme moi, qui ai regretté d’être monté dès le démarrage – voir ici), puis sur 5 étages par un escalier roulant suspendu dans les airs et aux parois également transparentes.

Osaka - Umeda Sky Building
L’Umeda Sky Building ressemble vaguement à la Grande Arche, en moins design ; il est constitué de deux tours identiques, reliées l’une à l’autre en haut du bâtiment. Il mesure 173m, donc il ne faut pas tomber de l’escalator et casser une vitre sinon on meurt. Ceci dit, ce n’est que le 7ème plus haut immeuble d’Osaka, donc on peut tomber d’encore plus haut.

http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&t=k&s=AARTsJqVEjdVAPK2YDzU73e-kwyqadyKbg&msa=0&msid=108772171047200441282.00044c01fce408109b814&ll=34.705308,135.489793&spn=0.006174,0.00912&z=16&output=embed
Localisation de l’Umeda Sky Building

Osaka from Umeda Sky Building
[Vue vers l’est]

Multilevel

Containers
[Containers, voies ferrées et terrains de tennis sur les toits]

Osaka from Umeda Sky Building

Railroads

> Umeda Sky Building sur Wikipedia
> Toutes mes photos prises depuis l’Umeda Sky Building

Jour 17 : Akihabara


Depuis la station d’Harajuku, on prend la ligne Yamanote pour aller à Akihabara, le quartier de l’électronique et des jeux vidéo (et tout ce qui tourne autour : figurines à collectionner, maquettes de Gundam etc.).

Des magasins sont ultra-spécialisés : le magasin des ampoules (toutes formes et toutes couleurs), le magasin des casques (casques pour écouter de la musique, casques de chantier…), le magasin des antennes de télé (antennes rateaux, antennes paraboliques…), le magasin des câbles vidéo, le magasin des câbles audio, le magasin des « déguisements » pour femmes (…), le magasin des vieux jeux vidéo (maximum 16 bits), etc.

D’autres ont plusieurs spécialisations (le lien entre les spécialisations n’est pas évident) : le magasin des chemises, des ventilateurs, des nouilles et des DVD ; le magasin des mégaphones, des interrupteurs et des guirlandes lumineuses ; le magasin des chemises et des jeux vidéo.

Il y a de tous petits magasins (4 ou 5m², avec la plupart des articles posés dans la rue), et il y en a des très grands (Bic Camera, Yodobashi Camera, Laox…) qui vendent de la hi-fi, de la vidéo, des appareils photos sur 5 ou 6 étages.

Certains magasins sont visibles de la rue, d’autres sont cachés dans des sortes de galeries auxquelles on accède parfois en passant par un autre magasin.

On trouve aussi dans le quartier de nombreux « maid cafe » (ou « cosplay restaurants« ), des bars à hôtesses habillées en soubrette qui maternent les clients. Dès la sortie de la gare d’Akihabara, plusieurs d’entre elles essaient de capter les clients.

Enfin, il y a quelques magasins de souvenirs purement touristiques (et des rayons « souvenirs » dans les grands magasins comme Laox ou Bic Camera), car c’est un quartier qui attire beaucoup de touristes qui viennent acheter des appareils photos ou des ordinateurs portables en duty free.

Il y a même un kebab (mais c’est de moins en moins rare).

Jour 16 : Ueno de nuit

Il fait nuit quand on sort du magasin de jouets. On rentre à l’hôtel à pied en passant par quelques rues animées de Ueno. Ca semble être un quartier assez populaire, moins hype que Roppongi, moins branché que Shibuya, moins démodé qu’Asakusa. Il y a beaucoup d’enseignes lumineuses (pachinko, magasins, bars, restaurants…) ; les rues sont enchevetrées avec les voies ferrées et les couloirs de la gare qui s’étend dans le quartier.

Jour 16 : Asakusa – Un quartier qui a sûrement été à la mode à une époque

On retourne ensuite dans le quartier d’Asakusa, qu’on avait déjà vu en 2004. On y trouve un ensemble de temples, des rues commerçantes couvertes (une d’entre elles concentre 90% du trafic du secteur, elle contient principalement des boutiques pour touristes ; les autres sont pratiquement désertes, avec la moitié des magasins fermés). C’est aussi le quartier où on trouve la crotte en or de Philippe Starck (le bâtiment Asahi).

Quelques photos des boutiques de la rue commerçante pour touristes (qui s’appelle Nakamise) qui va de la porte Kaminarimon à la porte Hanzomon :


Articles de ninjas


Des monstres d’Ultraman et autres figurines de séries


Des chiens (en peluche) et des articles pour chiens


Des trucs qui se mangent, plus ou moins louches

Au bout de Nakamise, on arrive aux temples, la partie la plus ancienne et pourtant la moins désuète de l’ensemble du quartier.

Généralement les visiteurs s’arrêtent ici. Si on va plus loin derrière ou sur les côtés, on tombe dans des rues d’Asakusa qui semblent être restées bloquées dans le passé. Il y a un parc d’attraction avec de vieux manèges, qui semble n’attirer pratiquement personne. Un groupe vaguement habillé en ninjas (sans les masques) essaie de nous vendre son spectacle qui se déroule dans le parc.

On continue notre chemin. Des rues commerçantes où la moitié des rideaux sont baissés, et où les magasins ouverts vendent principalement des vêtements pour mémés. Des bâtiments à la façade vieillie, dont on devine aux restes de couleurs qu’ils ont été à la mode à une époque, comme salles de pachinko ou magasins.


Même les artistes qui se produisent dans le quartier ont l’air ringard.

On retourne vers la partie animée du secteur. On tombe sur une sorte de mini Hollywood Boulevard, avec des empreintes de mains réalisées dans des plaques de métal signées, fixées sur le trottoir.

On quitte Asakusa pour le quartier d’Ueno, où on espère retrouver un magasin de jouets qu’on avait trouvé par hasard en 2004 (magasin non référencé dans les guides, contrairement à Kiddyland à Harajuku et Toy Park de Ginza) et dont on se souvient vaguement de l’emplacement. En chemin on croise quelques trucs intéressants, comme cette tête de chef cuisinier géante en haut d’un immeuble, ces balcons en forme de tasses, ce distributeur de boissons décoré ou encore ces escaliers de secours que je n’aimerais pas avoir à utiliser.

Jour 15 : Tokyo – quartier de Roppongi

On termine la journée avec le quartier de Roppongi.

A la sortie de la station de métro on tombe sur une rue comme on en trouve à côté de la plupart des gares, avec beaucoup d’enseignes sur les immeubles, des pubs géantes, des magasins de toutes sortes.

Un d’entre eux, le magasin « Don Quijote » (on découvre le nom une fois à l’intérieur) attire notre attention par le bazar visible de l’extérieur (sur le toit, on voit également une mini montagne russe en forme de U, visiblement plus en service) et par l’aquarium qui se trouve à l’entrée du magasin. C’est une sorte de solderie géante dans laquelle on trouve tout ce qu’on trouve dans une solderie française, mais aussi tout un rayon alimentaire (avec des produits frais : fruits et légumes) et un étage hi-fi/vidéo avec des lecteurs DVD, des aspirateurs etc.

L’étage le plus intéressant est celui des jouets et déguisements. Des rayons dans lequel sont entassés des tas de trucs plus inutiles les uns que les autres ; les produits avec licences ne sont visiblement pas toujours officiels (voir par exemple ce faux déguisement de L, du manga Death Note – c’est complètement raté).

Dans l’escalier, on croise un caca en or de toute beauté.

En sortant du quartier « populaire » de Roppongi et en se dirigeant vers le complexe Roppongi Hills (centre commercial de luxe, restaurants, etc.) on a l’impression d’entrer dans le quartier de riches (notamment étrangers) de Tokyo. Les magasins sont plus luxueux (Louis Vuitton, Hugo Boss, Yves Saint-Laurent, Tiffany’s, etc.) ; il n’y a pratiquement pas d’enseignes avec néons tape-à-l’oeil, même les bancs dans la rue sont des sculptures travaillées.