Archives du blog

Miniscule camion

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Au Japon ils ont des tout petits camions pour les livraisons et transport de marchandises en ville. C’est trop mignon ces minuscules camions.

Publicités

Le métro de Kyoto : petit et pas beaucoup de monde


Le métro de Kyoto est constitué de deux lignes seulement. C’est très peu comparé à Tokyo (ou Paris). C’est plutôt l’échelle de Lyon. Comme partout au Japon, le tarif dépend de la distance parcourue. On achète donc un billet du montant correspondant à sa destination (le montant est indiqué sur un plan affiché dans chaque station (voir photo ci-dessus). On peut ajuster à l’arrivée si on a pas payé assez.


(c’est désert…)


Une rame décorée sur les thèmes de Nara (voitures vertes) et Kyoto (voitures roses).

Trains "Ladies Only"

Ladies Only
Certains trains (type équivalent au métro et RER) ont des voitures réservées aux femmes aux heures de pointe (le matin jusqu’à 9h et le soir de 17h à 21h).

Incident dans le train pour Nara

Un incident a perturbé notre voyage en train vers Nara : une dame a partiellement renversé sa bouteille d’eau. Heureusement, elle est allé le signaler au conducteur du train, qui lui a demander d’aller le signaler à quelqu’un d’autre à l’autre bout du train (sûrement un contrôleur), qui a fait le nécessaire pour qu’à l’arrêt suivant, une équipe de 4 mecs vienne régler cette affaire.

Deux d’entre eux surveillent les deux entrées du wagon (probablement pour éviter que des inconscients ne pénètrent dans ce wagon souillé), pendant que le plus jeune des quatre passe la serpillère, visiblement avec difficulté. Après 1 à 2 minutes, le plus ancien lui prend la serpillère et lui montre comment faire.

Le problème est réglé. Après 5 minutes d’arrêt, on peut repartir sereinement.

Le Limited Express Haruka : depuis l’aéroport vers Kyoto

Quelques trucs concernant le train Limited Express Haruka, une sorte d’équivalent de TER, qui dessert l’aéroport du Kansai et qui nous amène à Kyoto :
– à l’arrivée en gare sous l’aéroport (qui est un terminus), une fois les passagers descendus et avant la montée des passagers au départ, une équipe de nettoyeurs monte à bord et nettoie toutes les voitures
– le train est climatisé, c’est agréable étant donné la chaleur à l’extérieur
– le fin du fin : les sièges sont montés sur un mécanisme qui permet de les tourner dans la direction de la marche ; à chaque terminus, tous les sièges se tournent, personne ne voyage à l’envers

C’est la même chose dans tous les trains express.

A voir également :
– le mec qui nettoie tout seul le quai immense et pratiquement désert (et pas spécialement sale) avec son minuscule aspirateur balai
– l’étrange machine cyclope à oeil rouge, qu’on reverra un peu partout, dans les rues, dans les parcs, dans les châteaux…

Pendant le trajet vers Kyoto, on est fatigués mais on regarde par la fenêtre les paysages. On traverse le secteur d’Osaka. Alternance de petites villes rurales avec rizières, banlieues mélangeant toutes sortes d’architectures, quartiers de gares avec leurs salles de pachinko…

Le JR West Kansai Area Pass

Ce passe JR limité à la région du Kansai est intéressant si on se déplace beaucoup dans un intervalle court. L’avantage par rapport au JR Pass classique est qu’il peut être acheté sur place dans les principales gares JR, sur simple présentation du passeport.

A l’aéroport du Kansai, une fois la douane passée, on se rend à la gare JR attenante à l’aéroport, pour y acheter le passe JR West Kansai Area (6000 yens pour 4 jours ; existe aussi en formule 1, 2 ou 3 jours) ; il y a des grosses affiches au dessus des bornes pour acheter les tickets, on ne peut pas les rater.

Le passe permet d’accéder aux lignes JR (hors Shinkansen) dans l’ouest du Kansai : Kyoto, Osaka, Himeji, Nara… voir plan ci-dessous.

JR WEST Kansai Area

Exemple : avec ce passe, nous avons pu faire gratuitement (enfin pour 6000 yens par personne, le prix du passe pour 4 jours) les déplacements suivants :
– Aéroport du Kansai > Kyoto (coût unitaire : 2500 yens)
– Kyoto > Nara > Kyoto (coût unitaire : env. 4000 yens)
– Kyoto > Himeji > Kyoto (coût unitaire : env. 10000 yens)
– Kyoto > Osaka > Kyoto (coût unitaire : env. 2000 yens)
– Métro JR à l’intérieur d’Osaka

(on voit au passage que le passe 1 jour est intéressant par rapport au ticket unitaire pour certains déplacements longs, comme Kyoto – Himeji).

> Détails sur le site Japan Railways

Arrivée à l’aéroport du Kansai

L’aéroport d’Osaka (= aéroport du Kansai) est construit sur une île artificielle (voir Google Map ci-dessous).

http://maps.google.fr/maps?f=q&hl=fr&geocode=&q=osaka&ie=UTF8&t=h&s=AARTsJoEX5ofug0aRH2Ti4pJ5JKy3WVQsA&ll=34.427868,135.250626&spn=0.099115,0.145912&z=12&output=embed
Agrandir le plan

Arrivée à l’aéroport vers 8h40 (20 minutes de retard, c’est un scandale).

Passage par la douane, ça rigole pas : interdiction de prendre des photos dans la zone de contrôle, bannière géante en anglais « contrôles stricts pour lutter contre le terrorisme », prise d’empreintes digitales et photo du visage de tous les étrangers…

On nous fait également remplir un questionnaire : transportez vous de la drogue, des crocodiles, des armes, de la dynamite, des images pédophiles, des saucisses ? (astuce Micro Kids : il faut répondre oui à toutes les questions pour gagner un cadeau).

Episode 1 : le vol aller Paris – Osaka

Départ de Paris le lundi 7 juillet (après une journée à la Japan Expo la veille, pour s’échauffer), décollage prévu à 13h45.

Nous arrivons à l’aéroport avec environ 2h d’avance ; au moment de nous enregistrer sur les bornes prévues à cet effet, on s’aperçoit qu’on est les 2 derniers à s’enregistrer ; nos places sont séparées de 4 rangées… Finalement, une dame japonaise acceptera d’échanger son siège (heureusement). Note pour plus tard : utiliser le nouveau système d‘enregistrement par internet d’Air France, qui permet de s’enregistrer jusqu’à 30 heures à l’avance.

Le vol s’est bien passé, il y a eu assez souvent des zones de turbulences mais elles étaient plutôt raisonnables ; la plus violente a juste réussi à légèrement faire déborder une tasse de café.

Très appréciable sur le vol, compte tenu de sa durée (environ 12h) : le système de vidéo à la demande, qui permet de voir sur un écran individuel les films de son choix, parmi un catalogue assez large (quelques dizaines de films, dont certains récents : Las Vegas 21 (pas mal), Soyez sympa rembobinez (cool), La nuit nous appartient (un peu chiant, finalement), Jumper (potable pour finir la nuit) ; les autres que je n’ai pas vus : Horton, Astérix aux JO, Bienvenue chez les chtis… Et des films moins récents : Mulan, et d’autres que j’ai oubliés). Egalement disponible sur ces petits écrans : le plan de vol, une caméra fixée sous l’avion, quelques jeux vidéo basiques, de la musique (Radiohead, Rolling Stones, Led Zeppelin, Freddie Mercury notamment dans la catégorie Pop Rock)…

Ce service existait déjà il y a 4 ans quand nous sommes allés à Tokyo, mais il n’y avait pas de VOD : les films passaient en boucle, et on pouvait simplement changer de chaîne en espérant attraper un film juste avant qu’il commence. Le fait de pouvoir lancer son film fait une grosse différence.

Un bémol : la latence du système (parfois plusieurs minutes entre la sélection du film et le début de la lecture) et le nombre de canaux VOD limité ne permettant pas toujours de lancer un film.

Autres truc sympa sur le vol : les nouilles japonaises à mi-parcours (en plus du repas servi peu après le départ), les boissons à volonté. Par contre le stock d’Häagen-Dazs était clairement insuffisant puisqu’on a à peine eu le temps de comprendre qu’on pouvait en demander que déjà il n’y en avait plus.

Voilà, donc avec tous ces films et une heure de sieste, j’ai trouvé que le vol est passé rapidement. Arrivée à l’aéroport du Kansai à 8h45 heure locale (1h45 heure française) le mardi matin.

Préparer ses déplacements en train au Japon : tarifs, horaires

Image:Tokkaidoshinkansen.jpg
Tokkaido Shinkansen (source Wikipedia)

La société Hitachi propose un site très pratique (même s’il n’est pas très beau) pour préparer à l’avance ses déplacements en train au Japon. Un des gros avantages de ce site est qu’il est en anglais. Son deuxième avantage est qu’il ne comporte pas que les lignes de train de la compagnie nationale Japan Railways (JR) mais aussi celles des compagnies privées (plus d’infos sur le système ferroviaire japonais).

Adresse du site : http://grace.hyperdia.com/cgi-english/hyperWeb.cgi

Ce site permet de calculer les itinéraires pour se rendre d’une ville à une autre, à une date et une heure données.


Exemple de résultat : trajet Osaka – Tokyo le 20 juillet 2008 à partir de 18h30

Chaque requête donne plusieurs résultats, avec les indications sur la durée du trajet, le nombre de correspondances, et le tarif.

Cette dernière indication (tarif) permet par ailleurs d’évaluer le coût total des déplacements en train qu’on prévoit de faire lors d’un séjour au Japon et donc de savoir si l’option JR Pass est intéressante financièrement ou non.

Exemple :

  • le JR Pass coûte 28300 ¥ pour 7 jours (pour une personne), 45100 ¥ pour 14 jours, et 57700 ¥ pour 21 jours
  • lors de notre voyage, nous prévoyons de réaliser les déplacements suivant en train (pratiquement tous sont sur des lignes JR – mais il faut penser à le vérifier si on veut comparer le coût à celui du JR Pass, puisque celui-ci ne fonctionne que sur les lignes JR) :
    • 08/07 – Aéroport du Kansai > Kyoto : de 1700 à 3500 yens (suivant le nombre de correspondances)
    • Kyoto > Osaka A/R : de 1000 à 6000 yens A/R (suivant horaires)
    • Kyoto > Nara A/R : de 1400 à 2200 yens A/R
    • Kyoto > Himeji A/R : de 4500 à 11000 yens A/R
    • Kyoto > Koyasan : de 2500 à 5000 yens (pas par les lignes JR donc non inclus dans un JR Pass)
    • Koyasan > Osaka : de 2200 à 3200 yens
    • Osaka > Tokyo : 14000 yens
    • peut-être : Tokyo > Nikko A/R : de 6000 à 11000 yens A/R
    • Tokyo > Yokohama A/R : de 900 à 1200 yens A/R
    • Tokyo > Mitaka A/R : de 800 à 1000 yens A/R
    • 25/07 – Tokyo > Aéroport de Narita : de 1100 à 3000 yens
    • Coût total sur les lignes JR : de 27600 à 50100 yens (32600 à 61100 si on ajoute l’option Tokyo > Nikko)
  • conclusion : le JR Pass 7 jours pratiquement le même prix que l’achat des billets de train à l’unité, pour ce scénario. Mais les déplacements sont prévus sur une période supérieure à 7 jours (il nous faudrait le pass 14 voire 21 jours). Donc a priori, on ne prendra pas le JR Pass…

> Le site Hyperdia
> Une description d’Hyperdia (en anglais) sur le site américain de Japan Railways