Archives du blog

Jour 7 : Kyoto – Début des festivités pour Gion Matsuri



On se dirige vers les rues commerçantes couvertes et on constate :
– qu’il y a plus de policiers que d’habitude
– qu’il y a plus de gens en yukata (= kimono) que d’habitude ; même des tout petits (y compris ceux dans les poussettes) sont en yukata

Au bout d’un moment, on tombe sur l’explication : dans certaines rues, des stands ont été installés et il y a de la musique. Il y a une sorte de foire en soirée, dans le cadre du festival Gion Matsuri dont les parades sont prévues le 16 et le 17 juillet.

Il y a différentes sortes de stands :
– nourriture : de la pomme d’amour (avec des variantes : fraise d’amour, clémentine d’amour…) au poulpe grillé en passant par les nouilles au chou, les brochettes de poulet et des trucs indéfinissables
– jouets et autres gadgets : machins clignotants divers, ballons avec un peu d’eau dedans et attachés à un élastique (l’équivalent de nos petites raquettes en plastique avec ballon gonflable attaché)
– jeux : loteries (beaucoup de jeux Wii et DS à gagner), pêche aux poissons (on a une sorte d’épuisette en papier et le but du jeu est d’attraper autant de poissons que possible avant que le papier ne se déchire ; il y a des variantes avec des billes en plastique et des figurines de Pokémon, Doraemon et autres trucs mignons)


(fraises d’amour)


(petits garçons en kimono, qui jouent au jeu de la pêche aux poissons)

Il y a également pas mal de stands ou petits magasins (certains montés pour l’occasion, dans des garages par exemple) qui vendent des yukata, des ombrelles et des sandales en bois.


(une team de musiciens ; il y a 15 teams en tout)

Publicités

Jour 7 : le retour de la team du feu


De retour dans le centre-ville de Kyoto, on retombe sur les mecs qui dansent avec du feu, qui étaient en guest au concert de Jungle Mic l’autre jour.

6ème jour : test des crêpes bizarres remplies de plein de trucs


Le soir, promenade dans le centre-ville de Kyoto. Essai des crêpes dans lesquelles ils mettent à peu près tout et n’importe quoi, chez « Crépe Ojisan ».

5ème jour : Kyoto – Gion


Après une pause à l’hôtel, retour en ville le soir pour une visite rapide du quartier Gion (le quartier chaud, visiblement, avec bars à hôtesses dont les entrées sont surveillées par des vigiles) et surtout retourner sur les quais de la rivière Kamo, où nous avons vu plus tôt un groupe de rock installer son matériel.

Petit passage rapide au MacDo pour un MacFlurry (et un hamburger à 100 yens, soit 0,625€ – le McDo est beaucoup moins cher ici qu’en France), où une fille dort sur sa table.

Dans une rue, on voit l’affiche du nouveau film des studios Ghibli, Ponyo, qui sort ici le 19 juillet (avril 2009 en France d’après des rumeurs).

3ème jour (soir bis) : la nuit tombe sur Kyoto


La nuit tombe assez tôt même en été. Vers 18-19h il commence à faire plus sombre, et il fait nuit à partir de 21h.

Pour se consoler de l’épreuve des nouilles froides du repas de midi, on se prend un Teriyaki Burger au MacDo. Pas mauvais, mais un peu trop sucré.

Ensuite, visite express (< 60 secondes) d'une salle de pachinko : un aller-retour jusqu'au fond de la salle et on a notre dose de lumière, de musique à fond, de fumée de cigarette pour plusieurs heures.

Premier jour : passer la journée après avoir dormi 1 heure la nuit précédente

Récapitulatif du 1er jour à Kyoto (mardi 8 juillet) :
Arrivée à l’aéroport d’Osaka vers 8h40
– Passage à la douane (fouille rapide de ma valise)
Train aéroport > Kyoto (environ 1h30 – 2h)
– Arrivée à la gare de Kyoto vers midi
– Environ 20 minutes de marche jusqu’à l’hôtel

L’après-midi on visite un peu le secteur autour de l’hôtel. Des ruelles d’habitations typiques (petites maisons de différents styles, certaines anciennes en bois, multitude de câbles sur les poteaux…), quelques temples, un jardin à visiter plus tard dans la semaine, un combini Lawson juste en face de l’hôtel (pratique ; j’ai d’ailleurs pu goûter tout de suite le fameux Pepsi Blue Hawai édition limitée spéciale été 2008). On retourne également voir le quartier de la gare, qui contient notamment un gros centre commercial de 9 ou 10 étages, sur le toit duquel on peut monter pour voir Kyoto d’en haut.

Retour à l’hôtel vers 17h. Sieste jusqu’à minuit, puis impossible de se rendormir (il est 17h en France). On achète des nouilles et une salade au Lawson en face, on les mange à l’hôtel, puis on va faire un tour dans le centre-ville, jusqu’à environ 3 heures. Les salary-men sortent des karaoké, bars et salles de pachinko. Dans les rues, les seules voitures sont des taxis qui attendent les salary-men en question. Quelques jeunes se promènent. A 2h du matin, dans de minuscules ateliers ouverts sur la rue, des hommes préparent les liasses de journaux pour la distribution matinale à vélo. Les combini restent ouverts toute la nuit.

Il fait chaud, même la nuit. Je suis en short et t-shirt. Les distributeurs de boissons permettent de se rafraichir pour 120 yens la canette.

On s’endort vers 4h pour se réveiller le lendemain à 11h30. L’après-midi, visite de Nara. Retour vers 21h. On s’endort vers minuit et on se réveille à 3h. Impossible de se rendormir. A 5h, on laisse tomber le sommeil et on va prendre le train de 7h pour Himeji (on gagne 2h30 sur l’horaire prévu initialement, ce qui nous permettra d’arriver à Himeji juste après l’ouverture et donc d’éviter la foule pour la visite du château).