Archives du blog

Enjoy Coca-Cola

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }


[[Enjoy!]]

Publicités

Pachinko King : à l’intérieur d’une salle de pachinko

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

La salle de pachinko « Pachinko King » se trouve à Kyoto, à proximité du centre-ville. On la repère facilement grâce à sa déco ultra-lumineuse et ultra-colorée (comme toutes les salles de pachinko d’ailleurs). Le Pachinko King est sobrement décoré avec un faux 1er étage rempli de néons fluo circulaires agencés à l’intérieur d’une sorte de grande pièce dont les murs et le plafond sont des miroirs (voir photo ci-dessus).

Pour ceux qui ne connaissent pas le pachinko : c’est un jeu dans lequel on met des petites billes métalliques dans une machine qui est une espèce de mix entre un flipper et une machine à sous. Les billes descendent, guidées par des obstacles fixés sur le plateau vertical. Le joueur ne contrôle que la vitesse à laquelle il envoie les billes dans la machine. Selon l’endroit où les billes tombent, on peut gagner de nouvelles billes. Les machines de pachinko sont souvent basées sur des licences, comme Kinniku Man (Muscle Man) ou Hokuto no Ken (Ken le Survivant).
> Voir pachinko sur Wikipedia

Comme toute les salles de pachinko, il suffit de passer devant au moment où quelqu’un entre ou sort – déclenchant ainsi l’ouverture des portes automatiques – pour profiter de la joyeuse ambiance musicale qui règne à l’intérieur.

Le Pachinko King est la seule salle de pachinko à l’intérieur de laquelle nous nous sommes aventurés (voir jour 3); c’est un progrès important puisqu’en 2004 à Tokyo on s’était contentés de l’extérieur des salles. L’expédition a duré environ 60 secondes, le temps de parcourir deux allées pour faire un aller-retour jusqu’au fond. Fumée de cigarette, climatisation à fond, musique à fond, lumière agressive, animateurs avec micro-casques dans les allées. Le secret des joueurs qui parviennent à rester à l’intérieur plusieurs heures reste entier.

En exclusivité, la seule photo que j’ai pu prendre à l’intérieur avant qu’un employé de la salle ne me rappelle que les photos sont interdites :
Inside a pachinko parlor

Interdictions

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Interdit de fumer, interdit aux chiens même tenus en laisse, interdit aux pigeons même tenus en laisse, interdit aux cubes noirs qui explosent, interdit de jouer au base-ball avec un ballon de foot, interdit de faire du skate sur la barre d’interdiction, interdit de jeter des gros pixels par terre, interdit aux gauchers, interdit aux allumettes qui se la pètent avec des flammes énormes.

La Tour de Kyoto

.flickr-photo { border: solid 2px #000000; }.flickr-yourcomment { }.flickr-frame { text-align: left; padding: 3px; }.flickr-caption { font-size: 0.8em; margin-top: 0px; }

Jour 10 : Kyoto – L’aventure de la laverie


Une super aventure à base de machines dont on met 5 minutes à savoir s’il s’agit de machines à laver ou de sèche-linge, avec des rebondissements tels que : on n’a plus de pièces de 100 yens et la machine à monnaie ne marche plus. Ou encore le mystère de la température de lavage, indiquée nulle part. Nos vêtements ressortiront-ils en taille XXS et tous colorés en rose ?

En fait finalement on a réussi. J’écrirai un article plus complet un jour pour expliquer comment ça marche.

Un truc bien dans cette laverie : les mangas en libre-service pour lire pendant le lavage. Il y avait Shonen Jump, avec des épisodes de One Piece pas encore sortis en France (avec des méga-spoilers donc j’ai regardé vite fait), et aussi Muscle Man.

Jour 10 : parade Gion Matsuri à Kyoto (jour J)


Voilà, c’est le jour de la parade du festival Gion Matsuri. Les gros chars en bois sont tirés dans les rues par des armées de mecs en tatanes. Sur les chars, les musiciens jouent leur musique officielle du Matsuri, à base de flûtes, de tambours et de sortes de cloches.

Le meilleur dans tout le truc c’est l’équipe de pilotes du char, qui donnent les instructions pour le faire tourner à partir de chorégraphies à base d’éventails. Chaque team à sa chorégraphie. Les 4 de l’équipe avec les éventails doivent être synchronisés sinon c’est la lose et ils se font engueuler par Raphie au débriefing du prime. Par exemple là sur la photo ci-dessous celui de droite est sûr d’être nominé la semaine prochaine, il est pas du tout dans le truc.

Raju – Un restaurant indien

Ce qui est surprenant, c’est la mascotte : apparemment ils ont acheté un mannequin de chef français (ou autre pays d’Europe dans le même style) et lui ont peint la peau en noir pour qu’il ressemble à un Indien. Je trouve que c’est plutôt réussi.

Indian restaurant with black French chef

(vu à Kyoto dans le secteur des facs)

Jour 8 : le pavillon d’argent (en travaux) à Kyoto

Arrivés au Ginkakuji, on lit sur un panneau qu’il est en restauration (travaux sur la toiture notamment ; la toiture est entièrement en bois, y compris les tuiles et les clous (en bambou) qui les tiennent en place ; donc ça s’use). On a quand même visité les jardins.

Jour 8 : Kyoto – le chemin de la philosophie

Philosopher's Walk -  Tetsugaku no michi
Le chemin de la philosophie (tetsugaku no michi) mène au Ginkakuji (objectif de notre promenade de l’après-midi). Il s’agit d’un chemin longeant un canal, bordé d’arbres à fleurs ; ça doit donc être beaucoup mieux au printemps qu’en été.

Philosopher cats
Sur le chemin de la philosophie, deux chats philosophes méditent.

Philosopher fish
Sur le chemin de la philosophie, un poisson philosophe nage à contre-courant.

Jour 8 : temples secteur est de Kyoto – Chion-in et alentours

Pagoda and wires
Avant-hier, parcours à pied vers les quartiers est de Kyoto où se trouvent plusieurs temples. On se dirige vers le Ginkakuji (pavillon d’argent, qui n’est pas recouvert d’argent, contrairement au pavillon d’or qui est bien recouvert d’or) qui est le plus éloigné, et on regarde ce qu’on trouve sur le chemin. Ci-dessus, une pagode dans le quartier de Gion. Pas très loin on a vu une geisha, avec le maquillage blanc et tout ; c’est comme de voir Mickey à Disneyland, mais encore plus rare.

Kiyomizu-dera temple - Main gate
Ci-dessus : vue sur Kyoto depuis le temple Chion-in, le 3ème temple le plus visité de Kyoto. Il y avait beaucoup de touristes et de boutiques pour touristes dans le secteur ; on n’a pas fait la visite (payant et trop de monde). La visite de l’extérieur et la vue sur la ville sont suffisantes si on a déjà vu pas mal de temples avant (ce qui était notre cas).

Jizo statues
Jizo statues
Trop mignonnes ces petites statues. Par contre il paraît que ça a un rapport avec des enfants morts.

En continuant notre chemin en direction de Ginkakuji, on tombe sur divers autres temples, comme celui-ci qui contient une grosse statue en pierre d’une divinité :
Giant statue

Ou encore celui-là, dans lequel se déroule une mini-foire, avec des stands du même type que ceux vus dans les rues du centre-ville pour Gion Matsuri :
Food stands

On se dirige ensuite vers le chemin de la philosophie, qui mène au pavillon d’argent.