Archives de Catégorie: Cool Japan

Les plats du Pikachu Café

Avant de baver devant votre écran, sachez que vous ne pourrez pas y goûter sauf si vous vous rendez à Tokyo, quartier de Roppongi Hills, d’ici au 31 août. Le Pikachu Café est en effet installé dans l’exposition temporaire Pokémon The Movie X/Y, mise en place pour accompagner la sortie cinéma du film du même nom.

Quoi qu’il en soit, voici les plats auxquels vous ne goûterez probablement pas.

(via)

Une page de publicité

Je ne sais pas ce qui est le plus incroyable. Cette pub elle-même, ou le fait qu’il existe une pub de plus de 2 minutes pour un truc aussi anodin qu’un briquet électronique USB.

Record du monde de mascottes qui dansent

Ce blog n’est pas mort, car il se passe des trucs au Japon. Comme cette vidéo du record du monde du nombre de mascottes dansant en même temps.

En même temps, aucun autre pays ne peut espérer battre ce record, puisqu’aucun pays n’a autant de mascottes que le Japon.

Encore un peu de télé

Encore un peu de décor sobre et de panel d’invités, pour changer un peu :

Et donc au delà de ce superbe décor fleuri, du sublime trucage en bas à droite, et des habituelles inscriptions dans tous les sens, ce qu’il faut remarquer c’est surtout le gars en haut à droite parmi les invités, avec des fringues dignes de Johannes Krauser II.

Si j’ai bien compris, ce type est un mangaka qui fait des dessins vachement émouvants. Mais j’ai peut-être mal compris.

 

 

 

« The Horror Night », real-TV d’épouvante

Vu il y a quelques instants : enfin une émission de télé sans décor qui fait mal aux yeux et panel d’invités.

Le narrateur

Le principe (si on a bien compris) est le suivant : 5 ou 6 candidats sont chacun dans leur voiture, seuls, la nuit, garés dans différents lieux isolés. Sur le siège du passager, un squelette, un mannequin de Hanako-san le fantôme des toilettes, un cadavre en armure de chevalier, une momie, etc. Des caméras sont installées dans chaque voiture. A l’autre bout de la chaîne, un narrateur (ci-contre) raconte une histoire qui fait peur, retransmise dans les voitures (par téléphone portable, je suppose).

Et donc on voit petit à petit les candidats se décomposer, jusqu’à ce que certains crient de peur.

Enfin de la télé japonaise digne de ce nom.

 

 

Robot géant !

Gundam - Odaiba

Echelle : 1/1 (soit 18m de hauteur).

Toutes les heures, le robot s’anime (enfin, la tête bouge, les yeux et diverses autres lampes s’allument, de la fumée sort des articulations, et de la musique et des phrases enregistrées sont jouées).

Gundam - Odaiba

C’est marrant, cette série est hyper populaire au Japon (cf. cette statue permanente dans une zone très fréquentée et très exposée de Tokyo, les Gundam cafés, les énormes rayons de maquettes Gundam dans les magasins de jouets, etc.), et pourtant très peu connue en France contrairement à plein d’autres mangas et dessins animés.

Gundam - Odaiba

Gundam - Odaiba

Gundam - Odaiba
(pas loin du vrai Gundam, une parodie à base de caca à la Dr Slump, par contre celle-ci est temporaire) (à l’arrière-plan la princesse Shirahoshi de One Piece)

Bouddha ou Terminator ?

J’hésite.

Masks

Peluches Anpanman

Dans un des innombrables jeux de pinces auxquels personne ne gagne jamais.

Anpanman gang

Wok’n’woll au parc Yoyogi

Harajuku Rockabilly

Bon. Je ne sais pas trop comment présenter ça car ça dépasse l’entendement.

Tous les dimanches depuis les années 80, y a une bande de fans de rockabilly qui se retrouvent au parc Yoyogi (là où on peut également voir quelques amateurs de cosplay répéter leurs chorégraphies parmi les arbres) et qui dansent. Mais attention, avec les looks qui vont avec la musique, blousons en cuir, lunettes de soleil, santiags et surtout coiffures.

Lui c’est le chef ; c’est lui qui décide quelle chanson on va mettre ensuite, c’est lui qui décide qui vient danser et qui reste assis. On le reconnaît facilement : il a la plus grosse banane. Accessoirement il fait les meilleures figures acrobatiques.
Harajuku Rockabilly

Exemple de figure acrobatique du chef.
Harajuku Rockabilly

Vue arrière du chef. L’indispensable peigne dans la poche du jean. A l’arrière-plan, accroupie, la seule fille du groupe, en tout cas ce jour là. A l’arrière-arrière-plan, des gens qui prennent des photos, sur lesquelles j’apparais probablement (en train de prendre une photo).
Harajuku Rockabilly

Vue arrière du nouveau, également connu sous le nom de « Le stagiaire ». On le reconnait facilement : il danse moins bien que les autres et il ne porte pas le t-shirt officiel « Strangers – Greaser on the road ». Le chef non plus, mais c’est le chef.
Harajuku Rockabilly

A gauche : le sous-chef. Il aimerait être chef. Il a l’expérience requise, il a des super tatouages, il se débrouille pas mal en danse, il est capable de chanter toutes les chansons en playback. Mais malheureusement il lui manque l’essentiel pour être chef à la place du chef : une banane plus grosse. A droite (sur la moto) : le guest ; il fait partie d’un deuxième groupe qui se produit à 20m des Strangers et qui a beaucoup moins de succès. Exceptionnellement il est venu faire quelques chansons avec les Strangers, invité par le chef en personne.
Harajuku Rockabilly

Les paroles des chansons sont physiquement interprétées pour permettre aux sourds de profiter du spectacle. Ci-dessus, la moto. Ci-dessous, le ciel, le sommet, le top. A gauche, un raccord coiffure en direct.
Harajuku Rockabilly

Vue arrière du sous-chef observant passivement le chef dans toute sa splendeur et rêvant de porter à son tour le manteau de cuir de chef.
Harajuku Rockabilly

Tout le groupe ne participe pas sur toutes les chansons. C’est le chef qui décide. Ici une pause au premier plan, et le nom du groupe, Strangers – Greaser on the road. Il existe en fait plusieurs groupes (ce jour-là il y en avait deux).
Strangers - Greaser on the road

Vue finale sur tout le groupe (+ le guest du 2ème groupe). De gauche à droite : la seule fille ; (derrière, un peu caché) le figurant ; le sous-chef ; (au centre) le guest ; (caché derrière le guest) le stagiaire ; le gros sympa ; (devant, de dos, avec la veste en jean) le figurant n°2 ; le chef.
Harajuku Rockabilly

Précisions techniques si vous voulez les voir :

  • a priori c’est tous les dimanches, mais je ne sais pas dans quelle mesure les conditions météo peuvent venir à bout de la force du rock’n’roll ;
  • je ne sais pas s’il y a d’autres jours que le dimanche ;
  • je ne sais pas à quelle heure ça commence ni à quelle heure ça finit ; on les a vus vers 17h ;
  • l’accès au cercle de danse est réservé aux membres du groupe ; les touristes qui tentent de s’incruster pour danser avec les stars se font jeter par le sous-chef, et c’est bien normal puisqu’ils n’ont pas de banane ;
  • le lieu de rendez-vous actuel est indiqué ici, mais apparemment il y a quelque temps c’était à 300m, donc ça peut changer. Attention si vous vous trompez de zone vous pouvez tomber sur le clan des hommes habillés en personnages féminins de mangas.

Harajuku Street, juste 3 photos vite fait

Un porteur de panneau, parce que le panneau ne peut pas tenir seul
Harajuku Street advertiser

Lunettes pixelisées, parce que la HD c’est tellement surfait
Lunettes à la mode de Harajuku

Des Tamagochi, parce que c’est mignon
Tamagochi