Episode 1 : le vol aller Paris – Osaka

Départ de Paris le lundi 7 juillet (après une journée à la Japan Expo la veille, pour s’échauffer), décollage prévu à 13h45.

Nous arrivons à l’aéroport avec environ 2h d’avance ; au moment de nous enregistrer sur les bornes prévues à cet effet, on s’aperçoit qu’on est les 2 derniers à s’enregistrer ; nos places sont séparées de 4 rangées… Finalement, une dame japonaise acceptera d’échanger son siège (heureusement). Note pour plus tard : utiliser le nouveau système d‘enregistrement par internet d’Air France, qui permet de s’enregistrer jusqu’à 30 heures à l’avance.

Le vol s’est bien passé, il y a eu assez souvent des zones de turbulences mais elles étaient plutôt raisonnables ; la plus violente a juste réussi à légèrement faire déborder une tasse de café.

Très appréciable sur le vol, compte tenu de sa durée (environ 12h) : le système de vidéo à la demande, qui permet de voir sur un écran individuel les films de son choix, parmi un catalogue assez large (quelques dizaines de films, dont certains récents : Las Vegas 21 (pas mal), Soyez sympa rembobinez (cool), La nuit nous appartient (un peu chiant, finalement), Jumper (potable pour finir la nuit) ; les autres que je n’ai pas vus : Horton, Astérix aux JO, Bienvenue chez les chtis… Et des films moins récents : Mulan, et d’autres que j’ai oubliés). Egalement disponible sur ces petits écrans : le plan de vol, une caméra fixée sous l’avion, quelques jeux vidéo basiques, de la musique (Radiohead, Rolling Stones, Led Zeppelin, Freddie Mercury notamment dans la catégorie Pop Rock)…

Ce service existait déjà il y a 4 ans quand nous sommes allés à Tokyo, mais il n’y avait pas de VOD : les films passaient en boucle, et on pouvait simplement changer de chaîne en espérant attraper un film juste avant qu’il commence. Le fait de pouvoir lancer son film fait une grosse différence.

Un bémol : la latence du système (parfois plusieurs minutes entre la sélection du film et le début de la lecture) et le nombre de canaux VOD limité ne permettant pas toujours de lancer un film.

Autres truc sympa sur le vol : les nouilles japonaises à mi-parcours (en plus du repas servi peu après le départ), les boissons à volonté. Par contre le stock d’Häagen-Dazs était clairement insuffisant puisqu’on a à peine eu le temps de comprendre qu’on pouvait en demander que déjà il n’y en avait plus.

Voilà, donc avec tous ces films et une heure de sieste, j’ai trouvé que le vol est passé rapidement. Arrivée à l’aéroport du Kansai à 8h45 heure locale (1h45 heure française) le mardi matin.

Publicités

Publié le 12 juillet 2008, dans Non classé, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Les nuages, on dirait du coton. Ou un tissu, un tissu comme un textile.

  2. Tu viens du futur ou quoi avec ton humour futuriste ?

  3. Oui, je viens de 7 ans plus tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :